Index
Articles
Forum
Médias
Histoire et politique
Liens et pub
Information diverses
Contact
Événements militaires
Armes d'infanterie
Chars
Véhicules
Avions
Navires
Artillerie




Classe Mogami

Japon, 1934

Croiseurs

Les croiseurs de la classe Mogami (Mogami, Mikuma, Suzuya, Kumano), lancés en 1934 (1936 pour le Kumano) et achevés par paires respectivement en 1935 et 1937 aux chantiers de Kure, Mitsubishi (Nagasaki), Yokosuka et Kawasaki (Kobe), délai résultant des essais menés avec les deux premiers, qui étaient victimes de vibrations du fait de la faiblesse structurelle de la coque que les tourelles étaient inutilisables. Les deux derniers furent donc révisés et renforcés, recevant des ballasts pour leur stabilité, tandis que les deux premiers repassaient en cale sèche en 1936-38 pour les même modifications. Ils étaient classés comme croiseurs légers du fait d'un déplacement standard initial de 8500 tonnes, 15 canons de 155 mm en cinq tourelles triples à l'instar des Brooklyn Américains contemporains, et capables de filer 37 noeuds. Cependant, par leurs dimensions, ils s'apparentaient d'avantage à des croiseurs lourds.

Le Mogami en octobre 1944, à la bataille de Samar.

Le Mogami en octobre 1944, à la bataille de Samar.

Le Mikuma en 1938, avec ses tourelles triples de 155 mm.

Le Mikuma en 1938, avec ses tourelles triples de 155 mm.

En 1939, ils déplaçaient 11 200 tonnes en standard, soit 3700 tonnes de renforts divers. Lors d'une seconde série de modifications à Kure en 1939-40, ils devirent de véritables croiseurs lourds, leurs pièces de 155 étant abandonnées au profit d'un armement de 5 tourelles doubles de 203 mm. Leur largeur augmentait et leur protection était encore améliorée. Leur artillerie AA, au départ composée de 8 tourelles doubles de 127 mm et 4 pièces de 40 mm passa à 20, puis 30 canons de 25 mm AA, et enfin 50 pour les survivants à la veille de la bataille de Leyte. Toujours dans le but de sauvegarder la stabilité, leur affûts de tubes lance-torpilles étaient triples et non quadruples, mais il y en avait toujours 4. Leur passerelle et leurs superstructures très réduites offraient moins de vulnérabilité aux tirs adverses et inspirèrent celles des croiseurs à venir.

Le Mogami et le Mikuma furent engagés à la bataille de Midway en juin 1942 sous les ordres de l'amiral Yamamoto. Mais cette fois la chance avait changé de camp, et les deux navires furent gravement endommagés, d'abord dans la confusion de la nuit, par une grave collision le 6 juin 1942, à 2h15 du matin, puis vers 5 heures, alors que l'amiral avait ordonné le repli de la flotte, par les bombardiers en piqué SBD Dauntless de l'US Navy. Le Mikuma n'y survécut pas et coula, tandis que le Mogami était attaqué à son tour plus tard dans la journée. Il y survécut et se traîna à Kure pour de longues remises en état d'un an. On en profita pour le reconstruire en porte-aéronefs hybride, capable d'emporter 11 hydravions, dont des appareils de torpillage, et des chasseurs A6M2N Rufe, afin d'offir une couverture aux escadres. En 1943, il reprenait du service avec une DCA composée de 30 canons de 25 mm en quinze affûts doubles. Cette reconstruction avait inspiré l'amirauté qui décida d'ordonner la construction de deux bâtiments du même type, la classe Ibuki, mais dont un seul fut achevé, et en tant que porte-avions rapide. Le Mogami fut engagé à la bataille du détroit de Surigao peu après, et y fut à cette occasion malmené par les tirs des croiseurs Américains. Tous les trois (Mogami, Suzuya et Kumano) étaient d'ailleurs présents lors de la bataille de Samar près de Leyte dans les Philippines en octobre 1944. Le Mogami coula le 25 octobre, achevé par des bombardiers-torpilleurs Grumman TBM Avenger. Le Suzuya fut également condamné à la même fin, tandis que le Kumano y survécut. Il tenta de fuir des patrouilles pendant un mois et fut finalement repéré et bombardé par d'autres appareils le 25 novembre, exactement un mois après la disparition de ses jumeaux.

Spécifications techniques
Déplacement 12 400 t. standard -13 670 t. Pleine Charge
Dimensions 201 m long, 20,50 m large, 5,9 m de tirant d'eau
Machines 4 hélices, 4 turbines, 12 chaudières, 152 000 cv.
Vitesse maximale 35 noeuds
Blindage De 130 (magasins) à 250 mm
Armement 10 canons de 203 mm (5x2), 8 canons de 127mm (4x2), 2 canons de 40 et 20 de 25 mm AA, 6 mitt. 13.2 mm AA, 12 TLT 610 mm (4x3), 3 avions
Equipage 850