Index
Articles
Forum
Histoire et politique
L'avant-guerre
La guerre
La politique
Les forces
Les chiffres
Bilan humain et matériel
Outils




Moulin, Jean


Moulin, Jean (1899-1943), résistant français, délégué du général de Gaulle en France, qui fut le premier président du Conseil national de la Résistance.

Un préfet républicain

Né à Béziers, issu d'une famille d'universitaires de tradition socialiste, Jean Moulin entra dans l'administration du ministère de l'Intérieur et devint en 1930 le plus jeune sous-préfet de France. Chef du cabinet de Pierre Cot, ministre de l'Air du gouvernement du Front populaire, il fit partie de ceux qui tentèrent de venir en aide aux républicains espagnols pendant la guerre civile.

Jean Moulin

Jean Moulin

Il fut nommé préfet de Chartres en juin 1940. Peu après l'invasion allemande, il refusa de signer, à la demande de l'occupant, une déclaration accusant à tort une troupe de tirailleurs sénégalais d'avoir commis diverses exactions. Menacé, il tenta alors de se suicider pour ne pas commettre un acte déshonorant.

Le gouvernement de Vichy, qui le jugeait suspect en raison de ses convictions républicaines, le révoqua le 2novembre 1940. Il noua alors divers contacts en zone libre, au sein de l'administration comme dans les premiers groupes isolés qui commençaient à mener des actions contre l'occupant. Il acquit ainsi la conviction qu'il était essentiel de coordonner l'action de la Résistance pour la rendre plus efficace.

L'unificateur de la Résistance

Rejoignant le général de Gaulle à Londres en 1941, il s'attacha à lui faire un état aussi exact que possible de la Résistance française, et reçut de lui la mission de réaliser l'unité de tous les mouvements en zone libre.

Parachuté en Provence dans la nuit du 31décembre 1941 au 1erjanvier 1942, Jean Moulin accomplit, en un an et demi, une tâche considérable: placé à la tête d'une véritable administration, supervisant un service des parachutages, un bureau d'information et de presse (confié à Georges Bidault), un comité général d'étude (chargé de préparer la réforme de la France après la libération du territoire) ainsi qu'un organisme chargé du noyautage des administrations publiques (NAP), il réussit, tout en changeant en permanence de lieux et d'identité, à remplir la mission qui lui avait été confiée.

Au prix de conflits souvent très vifs, notamment avec Henri Frenay, le fondateur de Combat, très soucieux de son indépendance, il parvint à imposer la fusion des trois grands mouvements (Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur) dans les Mouvements unis de résistance (MUR), tout en obtenant que leurs éléments militaires forment une Armée secrète soumise aux seules instructions du général de Gaulle.

Infatigable trait d'union entre la France libre et la Résistance intérieure, il revint d'un second séjour à Londres, en février 1943, investi d'une nouvelle mission, celle de constituer un organe politique représentatif de toutes les tendances de la Résistance: ce fut le Conseil national de la Résistance (CNR), groupant mouvements de résistance, syndicats et partis politiques, qui, sous la présidence de Jean Moulin, tint sa première séance à Paris, rue du Four, le 27 mai 1943.

«Le visage de la France»

Cependant, dès le 9 juin suivant, une trahison permit à la Gestapo d'arrêter à Paris le général Delestraint, chef de l'Armée secrète. Le 21 juin, lors d'une réunion à Caluire, près de Lyon, Jean Moulin fut à son tour arrêté par la Gestapo de Lyon, conduite par Klaus Barbie, sans doute à la suite d'une dénonciation au sujet de laquelle témoins de l'époque et historiens ont avancé de nombreuses hypothèses.

Soumis à la torture, celui qui portait le pseudonyme de «Max» refusa obstinément de parler. Agonisant, il succomba à ses blessures lors de son transfert vers l'Allemagne. Ramené à Metz, puis à Paris, son corps fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

En 1964, ses cendres furent transférées au Panthéon. À cette occasion, André Malraux évoqua dans un discours resté célèbre la personnalité de ce «roi supplicié des ombres» dont la «pauvre face informe du dernier jour [.] était le visage de la France». Parfois contesté, notamment par ceux qui, à l'instar d'Henri Frenay, le soupçonnèrent de collusion avec les communistes, et l'accusèrent d'avoir compromis l'esprit de la Résistance en y réintroduisant les partis politiques traditionnels, Jean Moulin reste, par l'ampleur de son action, l'une des personnalités les plus marquantes de cette période.