Dans le but de moderniser rapidement son armée et de la mettre à niveau par rapport aux nations européennes, notamment le Japon, la République de Chine a décidé, entre 1929 et 1939, d’acquérir auprès de SiG un fusil mitrailleur révolutionnaire, le KE-7, chambré en calibre 7,92 mm, à hauteur de 3225 exemplaires. Cet armement, doté d’un mécanisme de recul du canon avec une culasse calée à amplificateur d’inertie, a été largement employé lors des campagnes contre les forces japonaises. Les soldats ont exprimé leur satisfaction quant à ses performances au combat, à tel point que Liu Xiang, seigneur de guerre, a décidé de reproduire le KE-7 dans l’usine de Huaxing, qu’il avait lui-même fondée dans la province de Chongqing, après l’acquisition des équipements nécessaires. De 1933 à 1936, environ 6000 copies du KE-7 ont été produites. Cependant, l’état-major chinois a interrompu la production du KE-7, préférant réorienter les machines-outils vers la fabrication exclusive de la copie du Zb.26 à partir de 1939, jugée plus simple et moins coûteuse à produire. Le fusil mitrailleur KE-7 était équipé d’un frein de bouche à amplificateur de recul et d’un chargeur de 25 cartouches, et était utilisé en parallèle avec les Zb.26.

 

Spécifications techniques

Fonctionnement Long recul du canon
Calibre 7,92 mm
Munition 7,92×57 mm
Cadence de tir 550 coups/min
Capacité Chargeur de 25 cartouches
Portée 1000 m
Masse 8,2 kg
Longueur 1 190 mm
Longueur du canon 800 mm
Vitesse initiale 865 m/s

 

Merci à Alves Eric pour sa contribution