France, 1926

Destroyers Classe L’Adroit

Les 14 navires de la classe l’Adroit étaient la seconde série de destroyers « standards » suivant les Bourrasque. Ils furent lancés en 1926-29. Très proches de leurs antécédents, ils n’en différaient que par des dimensions et un tonnage légèrement supérieurs, et des machines un peu plus puissantes. Néanmoins, avec leurs 33 nœuds, ils restaient relativement lents au regard des « contre-torpilleurs » de 2400 tonnes.

 

Le Brestois en novembre 1942

Le Brestois en novembre 1942

Ces destroyers connurent des fortunes diverses: Trois furent perdus à Dunkerque, en mai 1940, un se saborda en rade le 18 juin pour éviter la capture, trois autres seront perdus en novembre 1942 lors de l’opération Torch, un sabordé, un coulé (par des unités US) et un échoué. Il y aura 5 survivants, réformés et démolis en 1950. Les unités à partir de 1942 disposaient d’un canon de 25 mm et deux mitrailleuses de 13.2 mm AA supplémentaires à la place de leur banc arrière de TLT, et certains perdirent leur troisième affût de 130 mm. Les navires aux mains des FNFL en 1943 avaient en plus 1 canon de 40 mm et 3 de 20 mm AA ainsi que des lance-charges ASM supplémentaires et un asdic.

 

Spécifications techniques

Déplacement 1 380 t. standard -2 000 t. Pleine Charge
Dimensions 107,2 m long, 9,84 m large, 4,3 m de tirant d’eau
Machines 2 hélices, 2 turbines Parsons/Rateau/Zoelly, 3 chaudières Guyot Du Temple, 34 000 cv.
Vitesse maximale 33 nœuds
Blindage Aucun
Armement 4 pièces de 130, 2 pièces de 37 mm AA, 2 mitrailleuses de 13.2 mm AA, 6 TLT 550 mm (2×3)
Équipage 142