La jeune nation polonaise nouvellement indépendante se trouve avec un casse-tête logistique de son parc de mitrailleuses hérité des empires déchus. En effet, elle doit composer avec la mitrailleuse française Hotchkiss 1914 en 8mm Lebel, la mitrailleuse Schwarzlose en 8mm Mannlicher, la mitrailleuse MG08 en 7.92mm, et les Maxim 1910 en 7.62mm.

En 1925, suite à la victoire polonaise contre l’URSS en 1921, le gouvernement polonais, satisfait des Hotchkiss 1914, a décidé de commander 1250 unités à Hotchkiss en calibre 7.92mm, devenu le calibre officiel de l’armée polonaise, pour faire de cette mitrailleuse sa principale et, à terme, remplacer tout le parc de mitrailleuses. Elle se nommera ckm wz.25.

Cependant, les Polonais restent insatisfaits de cette nouvelle mitrailleuse en raison de la chauffe trop rapide du canon en tir soutenu, entraînant une perte de précision dramatique. Il est décidé d’organiser un concours en 1927, suivi d’un autre en 1928, et c’est la mitrailleuse Browning 1917 qui remporte les deux concours.

L’État polonais décide alors d’acheter les droits de fabrication et commence à produire à la fabrique de Varsovie une variante adaptée aux besoins polonais de la Browning 1917, nommée ckm wz.30. Les modifications suivantes sont apportées : canons aux calibres de 7.92mm, un radiateur d’eau, un cache-flamme, des appareils de visée en V et un adaptateur pour le tir antiaérien. La ckm wz.30 devient ainsi la mitrailleuse principale de l’armée polonaise, tandis que la ckm wz.25 est utilisée en complément.

Durant la Seconde Guerre mondiale, elle s’est montrée très fiable lors de la campagne polonaise, et les Allemands l’ont ensuite utilisée abondamment dans de multiples rôles.

 

Mitrailleuse ckm wz.30

Mitrailleuse ckm wz.30

 

Spécifications techniques

Fonctionnement Culasse calée système Browning
Calibre  7.92 mm
Munition 7.92×57 mm Mauser
Cadence de tir 600 coups/min
Capacité  Bande de 330 cartouches
Portée 1500 m
Masse 60kg
Longueur 1200 mm
Longueur du canon 720 mm
Vitesse initiale 800 m/s

 

Merci à Alves Eric pour sa contribution