Après sa victoire chèrement acquise durant la Première Guerre mondiale, au début des années 20, l’Italie souhaite remplacer ses Glisenti 1910, jugés à juste titre trop fragiles, par une nouvelle arme. Cette future arme doit devenir le nouvel équipement réglementaire des armées italiennes, devant ainsi remplacer toutes les autres. La maison Beretta se penche sur le projet et décide de créer une évolution directe du Beretta 1915, déjà chambré en 9 mm Glisenti. En 1923, Beretta présente son nouveau pistolet, chambré en calibre 9 mm Glisenti réglementaire, à simple action, avec une culasse non calée et, cette fois-ci, un marteau apparent.

En effet, le 9 mm Glisenti est une branche alternative du 7.65×21 Parabellum dans l’arbre technologique. Le Glisenti 1910 était initialement prévu pour le 7.65×21 Parabellum, mais les militaires italiens ont jugé le diamètre de l’ogive insuffisant et ont donc adapté l’étui du 7.65 mm pour accueillir un calibre de 9 mm. La quantité de poudre est restée la même, donnant ainsi naissance au 9 mm Glisenti. La puissance du 9 mm Glisenti en pression et en force cinétique est donc semblable au 9×20 mm SR Long Browning, permettant de tirer avec des pistolets à culasse non calée.

Le 9 mm Glisenti et le 9 mm Parabellum ont des côtes semblables. Un pistolet chambré en 9 mm Parabellum pourra tirer le 9 mm Glisenti, risquant un incident de tir, mais l’inverse n’est pas vrai, car une arme chambrée en 9 mm Glisenti risque la destruction.

Dans un premier temps, l’État italien, enthousiaste, décide de passer une commande de 10 000 unités, puis se ravise et décide finalement d’acheter uniquement 3000 unités. Après réflexion, l’État italien décide d’abandonner le 9 mm Glisenti, le jugeant sans issue, pour trois raisons principales :

  • La munition est jugée trop faible pour les pistolets mitrailleurs, pour lesquels l’Italie envisage une utilisation avec l’excellente cartouche 9M38 et le mousqueton Beretta 1938.
  • Sur le marché civil, le 9 mm court (.380 ACP) offre quasiment les mêmes performances que le 9 mm Glisenti pour un coût moindre.
  • Comme tous les vainqueurs, l’Italie se retrouve avec un stock colossal d’armes récentes dont il est difficile de se défaire en temps de paix, aux dépens du contribuable.

L’arme, tout comme le modèle 1915, est fiable et bien finie. Elle sera remplacée par les Beretta 1934 et 1935 en raison de la munition que l’État italien souhaite abandonner, ne produisant que pour les armes disponibles et opérationnelles. Le Beretta 1923 sera utilisé par les militaires italiens jusqu’en 1945, que l’on trouvera dans les étuis des officiers italiens. Son utilisation se distinguera notamment durant la guerre d’Éthiopie et la guerre civile espagnole, où de nombreux exemplaires seront offerts aux franquistes. La Bulgarie acquerra également 4000 exemplaires de ce modèle.

 


 

Spécifications techniques

Fonctionnement Semi-automatique, culasse non calée
Calibre 9 mm
Munition 9×19 mm Glisenti
Cadence de tir 18 coups/min
Capacité 8 cartouches
Portée 50 m
Masse 0.875 kg
Longueur 157 mm
Longueur du canon 100 mm
Vitesse initiale 320 m/s

 

Merci à Alves Eric pour sa contribution