Le Japon avait accès aux marchés mondiaux des armes depuis l’ouverture de l’ère Meiji. À partir de 1931, avec sa campagne contre la Chine, les officiers japonais, équipés officiellement du sabre katana, ont réalisé l’utilité du pistolet semi-automatique contre les unités chinoises. Ils avaient une préférence pour les FN Herstal 1910 et les Colts 1903, plus faciles à porter, mais beaucoup d’officiers choisissaient également le Mauser C96 et les copies espagnoles en raison de leur équipement par les troupes chinoises. Les Espagnols, en commerçant avec les Chinois, ont été contactés par les Japonais. Ces derniers ont opté pour une copie espagnole du Colt 1903, produite par Retolaza Hermanos à Eibar en Espagne, appelée le modèle Liberty. Il s’agit d’un modèle fiable et solide ayant déjà fait ses preuves, en calibre 7.65 court, dont le prix est attractif. Le flux d’armes s’est taré à partir de 1941 lorsque la guerre est devenue mondiale. Les forces japonaises, toujours en manque chronique d’armes de poing, l’ont utilisé de manière officieuse jusqu’à la fin de la guerre en 1945. Ces armes ont également équipé les pilotes japonais.

 

 

Spécifications techniques

Fonctionnement Culasse non calée, simple action, semi-automatique
Calibre 7.65mm
Munition 7.65×17 mm SR (32 ACP)
Cadence de tir 20 coups/min
Capacité 9 cartouches
Portée 50 m
Masse 0.790 kg
Longueur 181 mm
Longueur du canon 126 mm
Vitesse initiale 290 m/s

 

Merci à Alves Eric pour sa contribution