Pour l’Empire japonais, la nécessité de concevoir un pistolet plus économique que le Nambu Type 14 se fait ressentir. L’objectif est d’équiper l’ensemble des sous-officiers, tankistes, et parachutistes, afin de remplacer le revolver Type 26 et d’uniformiser le calibre des armes de poing en 8 mm Nambu. Bien que la puissance de la cartouche soit considérée comme relativement modeste pour l’époque, les Japonais demeurent satisfaits de ses performances. L’ingénieur Nambu propose alors un pistolet économique en simplifiant le système avec un loquet de verrouillage à l’avant qui pivote quand le canon recule de quelques millimètres. Cette arme est acceptée par l’état-major en 1934, prenant officiellement le nom de Type 94.

Malgré la présence d’une barrette de gâchette apparente dans la carcasse, susceptible de provoquer un départ de coup de feu en cas de pression excessive, aucun incident notable n’est survenu lors de son utilisation. Dans l’ensemble, les utilisateurs se montrent satisfaits de l’arme, saluant sa compacité, sa légèreté, et sa puissance de feu. Les pilotes d’avions apprécient également ces caractéristiques. Bien qu’ayant été conçu pour remplacer le revolver Type 26, le Type 94 combattra à ses côtés au sein des troupes japonaises jusqu’à la capitulation en 1945. Environ 71 000 unités seront officiellement produites par l’arsenal de Nogoya et l’entreprise Nambu.

 

pistolet Nambu type 94

 

Spécifications techniques

Fonctionnement Semi-automatique
Calibre 8mm
Munition 8×22 mm Nambu
Cadence de tir 20 coups/min
Capacité 6 cartouches
Portée 50 m
Masse 0,765 kg
Longueur 187 mm
Longueur du canon 96 mm
Vitesse initiale 305 m/s

 

Merci à Alves Eric pour sa contribution