Suite à la catastrophique campagne de France et au miracle de Dunkerque, l’armée britannique a urgemment besoin de rééquiper ses troupes. Le gouvernement britannique décide alors de se tourner vers la firme Smith and Wesson afin de lui fournir des revolvers en calibre .38/200, réglementaires dans l’armée britannique, car les usines Enfield et Webley tournaient à plein régime. La firme Smith and Wesson propose de vendre le modèle 1905 Hand Ejector, initialement prévu pour le .38 Special, en l’adaptant aux .38/200 avec des finitions plus économiques afin de faire baisser les coûts finaux. Le gouvernement britannique accepte cette proposition, et 590 305 unités seront produites jusqu’en 1945. Beaucoup de ces armes seront larguées dans les réseaux de résistance par l’OSS. Il s’agit d’un revolver à simple et double action, avec un barillet de 6 cartouches, bronzé par parkérisation, avec un anneau de dragonne, très robuste et fiable. Il prendra officiellement le nom de Smith and Wesson Victory.

 

Revolver Smith and Wesson Victory

Revolver Smith and Wesson Victory

 

Soldat canadien armée britannique utilisant son S&W Victory

 

Spécifications techniques

Fonctionnement Simple action et double action
Calibre 9 mm
Munition  9x19mmR (.38/200 ou .380 mark1et2)
Cadence de tir 25 coups/min
Capacité 6 cartouches
Portée 50 m
Masse 0,880kg
Longueur 257 mm
Longueur du canon 127 mm
Vitesse initiale 280 m/s

 

Merci à Alves Eric pour sa contribution