France, 1911

Cuirassés classe Courbet

Les trois cuirassés de la classe Courbet, furent les premier bâtiments mono-calibres (dreadnoughts) Français. La classe comprenait à l’époque le Courbet, Le Paris, L’Océan, et le France. Ils participèrent activement à la grande guerre et en 1922, le France heurta un récif non loin de Quiberon et sombra. Les trois autres furent modernisés en 1926-29, et profondément transformés dans leur apparence. De trois cheminées, celles-ci passèrent à deux, tandis que de nouveaux mâts furent installés, de nouveaux télémètres et postes de tir, la hausse des pièces principales fut presque doublée, et ils reçurent 7 pièces de 76 mm et deux de 45 mm AA. Le Courbet reçut de nouvelles machines prélevées sur le stock prévu pour les cuirassés de la classe Normandie.

L’Océan devint le Jean Bart en 1936 et fut partiellement désarmé en 1938 pour servir de navire-école à Brest. Il fut frappé en rade par un raid allié en 1944, et finalement détruit par des essais d’explosifs des Allemands. Son épave sera renflouée après guerre pour être démolie. Le Courbet et le Paris avaient étés versés comme navires-école en 1939, et se réfugièrent à Portsmouth lors de la percée Allemande en juin 1940. Lors de l’opération Catapult en juillet ils furent saisis par les hommes de la Royal Navy, leurs équipages internés peu de temps. Le Courbet sera reversé ensuite aux FNFL, servant de batterie antiaérienne flottante, tandis que le Paris devenait un navire-dépôt. Le Courbet fera partie de l’escadre Française qui participa à l’armada déployée par les alliés lors de l’opération Overlord, pilonnant les batteries côtières Allemandes. En 1945, le Paris revint à Brest et y fut utilisé encore deux ans comme navire-dépôt et ponton utilitaire avant d’être vendu aux démolisseurs.

Le Paris à Brest en septembre 1939

Le Paris à Brest en septembre 1939

Spécifications techniques

Déplacement 22 200 t. standard -25 600 t. Pleine Charge
Dimensions 162 m long, 28 m large, 7.3 m de tirant d’eau
Machines 4 hélices, 4 turbines Rateau-Bretagne, 9 chaudières Guyot Du Temple, 120 000 cv.
Vitesse maximale 21,5 nœuds
Blindage Ceinture 305 mm, réduit central de 250 mm, pont 65, tourelles 340 mm, blockhaus 340 mm
Armement 12 pièces de 305, 22 pièces de 155, 7 pièces de 76 mm AA, 2 de 45, 6 de 13.2 mm AA, 2 TLT SM
Équipage 850