Italie, 1925-43

Vedettes

L’un des emblèmes de la réussite technique des Italiens, comme pendant la grande guerre, fut la conception d’excellentes vedettes lance-torpilles, les fameuses Motobarco Armata Silurante ou Motoscafi Anti Somergibli, (M.A.S.), effectivement au départ conçues comme des patrouilleurs rapides adaptés à la lutte contre les submersibles Austro-Hongrois. En 1925, la conception de nouvelles unités basées sur celles de 1917-18 reprit avec la série des MAS 427. de petites séries suivirent, les MAS 423, 430, 438, 451, ainsi que les prototypes MAS 431 et 424 et Stefano Turr.

 

Série MAS-526, 1938.

Série MAS-526, 1938.

En dehors de deux unités qui testèrent des moteurs FIAT, toute ces séries faisaient appel à des Isotta Fraschini, un constructeur connu comme excellent motoriste puisqu’il signait les plus belles berlines et coach de luxe Transalpins à la même époque.

Ces 24 navires étaient petits, mais maniables et rapides, emportant deux torpilles légères, des deep-charges et une artillerie AA avec une autonomie bien adaptée à la méditerranée. C’était un moyen également avec les torpilleurs de gonfler les effectifs de la marine à moindre frais. Cependant cet engouement et la compétence reconnue internationalement des Italiens et de leurs deux firmes, SVAN et en particulier Baglietto, leur avaient valu un certain succès à l’exportation, dans une moindre mesure cependant que leur principal concurrent, Vosper Thornycroft.

C’est une 1936 que débute la première série importante: Il s’agit de la classe MAS 501, 25 unités dont la dernière est opérationnelle en 1937, suivie de la série MAS 526 en 1938-39 (25 également), et MAS 551/555 en 1941 (30). Ces unités connaîtront des sorts très divers, certains furent réutilisés par les Allemands après novembre 1943, d’autre sous les couleurs des Forces Italiennes libres aux côté des alliés en 1944. Ils connurent cependant moins de succès en opérations que leurs ancêtres de la grande guerre. On leur préférait des vedettes encore plus légères, les MTSM et MTSMA.

Au total donc, 130 unités relativement disparates, dont voici quelques séries et unités: La série initiale des 4 MAS 423 héritait directement des unités de 1918, conçues par SVAN. Ces navires petits (16 mètres et 13 tonnes) possédaient deux mitrailleuses en plus de leurs torpilles et 6 charges ASM et pouvaient filer à 40 nœuds. Sur 4, deux étaient en service en 1939., les deux autres détruits par accident. Les 6 MAS 430 (8 au départ mais 2 transférés aux Espagnols en 1937) et les deux prototypes MAS 424 et 431 en étaient directement dérivés. Tous se reconnaissaient à leur pont avant en « dos de tortue ».

Les MAS 427, 428 et 429 de 1925-27 étaient plus grands (24 mètres pour 31 tonnes) et plus lents (26 nœuds). La série MAS 438, de 4 unités, étaient une tentative de construire des vedettes à canon (un, de 76 mm), sans torpilles. Ils étaient lourds (40 tonnes, 26 mètres), filaient 32 nœuds et inauguraient en 1934 un nouveau design, avec un superstructure basse et un pont plat adoptés pour les autres unités. Le prototype Stefano Turr était une tentative de créer de grandes vedettes lance-torpilles au standard Germanique. Ce navire se caractérisait par ses grandes dimensions (32 mètres, 58 tonnes), ses diesels FIAT, lui donnant une vitesse de 34 nœuds et sa structure en aluminium, jugée trop chère à produire au final. Il mettait en œuvre 4 torpilles.

Les MAS 451 et 452 étaient un peu plus grandes que le standard MAS 423 (18 mètres, 24 tonnes), filaient 42 nœuds et possédaient 2 moteurs auxiliaires Alfa-Romeo de 80 cv pour patrouiller à vitesse réduite. Ils furent détruits devant Malte par la RAF. La première série standard MAS 501 (17 mètres, 21 tonnes) développaient 2000 cv et filaient 44 nœuds. La série MAS 526, construite également dans 4 chantiers (CRDA, Baglietto, Picciotti, et Celli) étaient des versions agrandies de ces premiers, avec pour certains de nouveaux V12 Isotta Fraschini développant un total de 2300 cv. Avec leurs moteurs Alfa-Romeo ou Cararo de 70/50 cv, ils pouvaient couvrir 1100 nautiques à 6 nœuds. Certains avaient un canon de 20 mm, d’autre trois canons de ce calibre à la place de leur armement conventionnel. Ces unités à coque composite bois/métal doublée étaient capable de franchir la barre des 47 nœuds, ce qui en faisaient des cibles difficiles à détruire pour leurs adversaires.

La série de guerre de 1941 comprenait 30 unités semblables en tous points aux MAS 526, si ce n’est leur coque en acier (économie et simplicité obligent) pour les 4 premiers, et en bois pour les 26 suivants. Ils avaient un canon de 20 mm en lieu et place de leurs mitrailleuses de 13.2 mm, et 4 DC de plus. Leurs torpilles de 450 mm étaient du modèle standard « aviation », à oxygène.

 

Spécifications techniques

Déplacement 18,7 t. standard
Dimensions 18,7 m long, 4,6 m large, 1,4 m de tirant d’eau
Machines 2 hélices, 2 V12 Isotta-Fraschini, 2300 cv.
Vitesse maximale 43 nœuds
Blindage Aucun
Armement 2 torpilles de 450 mm, 1 canon de 20 mm AA, 10 DC
Équipage 13