Royaume-Uni, 1942-44

Frégates classe River

Les Frégates de la classe « River », portaient comme leur nom l’indiquait des noms de fleuves et de rivières de Grande-Bretagne. Un « manque d’inspiration » que ne connaissaient pas les Américains dont la grande tradition était de donner le nom d’amiraux ou d’officiers de la marine, ou bien de membres du Congrès ou du Sénat… qui votaient le budget naval). Il s’agissait tout d’abord d’un type de navire que l’on croyait disparu depuis les années 1860, en fait à l’origine du croiseur. Les Frégates modernes étaient une appellation pour un type de navire intermédiaire entre la corvette ou l’aviso et le destroyer. Une classification qui tient toujours à l’heure actuelle.

 

HMS Tweed, coulé en janvier 1944

HMS Tweed, coulé en janvier 1944

HMS Eastview en 1944

HMS Eastview en 1944

Cette classe comptait une bonne part de navires construits au Canada, dont beaucoup utilisés par la RCN dans la bataille de l’Atlantique. Il y eut au grand total 139 bâtiments, dont 43 avec une variante d’armement et 12 construits en Australie pour la RAN. Il ne s’agissait pas du fer de lance de la chasse aux U-Boote dans l’Atlantique et la Baltique, mais ces navires grands, fins, rapides avaient une meilleure valeur militaire que les corvettes de la classe Flower, du fait qu’ils soient construits dans des chantiers civils spécialisés. Ils étaient en outre équipés de deux groupes moteurs du type utilisé sur les Flowers, avec des citernes de mazout supplémentaires et ainsi bénéficiaient d’une autonomie « océanique », ce qui n’était pas le cas des petites corvettes.

Leur armement était léger et se limitait à deux canons rapides de 102 mm (pour détruire les submersibles qui s’aventuraient en surface), un lance-roquettes ASM « Hedgehog » (Hérisson), probablement une des armes les plus efficaces pour « sonner » et éventuellement détruire un submersible en train de plonger ou immergé à faible profondeur, et se complétait par un grand nombre de « deep charges », ou grenades ASM, en rampes-casiers à la proue, ou en mortiers rechargeables sur les flancs, le tout à l’arrière. Ce dispositif était complété par un asdic-sonar et une antenne de type « huff duff » capable de repérer la position d’un submersibles ennemi à longue distance par trigonométrie. Les « River » de la seconde série avaient leurs canons de 102 m en une tourelle double et 8 canons AA de 20 mm.

Ces frégates furent lancées en 1941 (peu), 1942 et 1943 et terminées pour la plupart entre 1942 et 1944. Elles jouèrent un rôle d’escorte et de chasse au U-Bootes très important au milieu de l’Atlantique. Il y eut en vérité peu de pertes : 7 au total. Ces navires robustes furent pour la plupart revendus à de nombreux pays, et certains étaient encore en service dans les années 80.

Les River connurent une succession sous la forme des frégates de la classe « Loch » en 1944 et « Bay » en 1945 (30 et 25 unités).

 

Spécifications techniques

Déplacement 1 310 t. standard -1 920 t. Pleine Charge
Dimensions 91,84 m long, 11,2 m large, 3,60 m de tirant d’eau
Machines 2 hélices, 2 machines à triple expansion (MTE), 2 chaudières Admiralty, 5500 cv.cv.
Vitesse maximale 20 nœuds
Blindage Aucun
Armement 2 pièces de 102, 1 hedgehog, 126-150 genades ASM avec 4 mortiers
Équipage 140