URSS

Dates : 28 juin 1942 – 2 février 1943.

 

La ville de Stalingrad (aujourd’hui Volgograd) était le premier centre industriel soviétique et comptait 600 000 habitants. Elle s’étendait sur une soixantaine de kilomètres le long de la rive droite de la Volga. De nombreuses usines d’armements s’y situaient (notamment des fabriques de chars). C’était un centre de communication important entre les réserves de pétrole du Caucase et le reste de l’Union soviétique. Mais cette ville était bien plus que ça : C’était la ville de Staline, le symbole de la puissance de l’Union soviétique. S’en emparer, c’était contrôler le verrou de la porte des champs pétrolifères caucasiens, mais c’était surtout porter un rude coup au moral de l’ennemi.

L’objectif d’Hitler était la prise de la ville pour assurer la progression de la Wehrmacht vers le Caucase. La défense russe était assurée par le général Andrei Ieremenko (responsable du front sud-est), le général Vatoutine (du front de Briansk), le général Malinovski (du front sud), le général Timochenko (du front sud-ouest), le général Rokossovski (du front du Don), le général Vassilievski (chef de l’état-major général) et le général Joukov (membre du comité d’État à la Défense).

 

Infanterie soviétique

Infanterie soviétique

Timochenko, Malinovski et Golikov disposaient de 1 715 000 hommes, 2 300 chars, 16 500 canons et 758 avions. De leur côté, les Allemands avaient envoyé à l’attaque le maréchal von List (commandant du groupe d’armées A, d’abord dirigé par von Bock) et le maréchal von Weichs (commandant du groupe d’armées B). Ils avaient mobilisé la VIe armée du général Paulus, soit 270 000 hommes. Le 28 juin 1942, les troupes allemandes partirent pour Stalingrad. Les forces du maréchal von Bock étaient composées de 84 DI et 10 Panzer-divisionen, soit 900 000 hommes, 1 200 blindés, 17 000 canons et 1 640 avions.

 

Le début de l’offensive

Pour ralentir les Allemands, les Russes provoquèrent des incendies de forêts et détruisirent des barrages, appliquant la politique de la « terre brûlée ». Mais le 12 juillet, le groupe d’armées B atteignit les abords de la ville. À partir du 13, une partie de la population fut évacuée et des groupes de partisans formés. Une quatrième ligne de défense fut construite le 15 juillet (la ville en comptait déjà trois) par plus de 180 000 civils.

 

Offensive allemande sur Stalingrad en 1942

Offensive allemande sur Stalingrad en 1942

Le 17 juillet, les LVIIe et LVIIIe armées soviétiques furent attaquées par la VIe armée de Paulus. Staline envoya des divisions vers Stalingrad commandées par deux de ses meilleurs généraux : Andrei Ieremenko et Alexandre Vassilievski, il leur associa le commissaire politique Nikita S. Khrouchtchev. Le 23 juillet, les troupes allemandes reçurent l’ordre d’attaquer la ville elle-même. Les bombardements massifs de la Wehrmacht détruisirent les voies de chemin de fer qu’empruntaient les trains de ravitaillement. En août, la VIe armée allemande et la IVe armée blindée (dirigée par von Bock) lancèrent une offensive contre Stalingrad, alors défendue par le général Tchouïkov. Le 5 septembre, les divisions de Paulus entrèrent dans les faubourgs de la ville, c’est alors que s’engagèrent les premiers combats de rue de Stalingrad.

 

Soldats allemands dans Stalingrad

Soldats allemands dans Stalingrad

En pilonnant la ville, les Allemands l’avait réduite à l’état de ruines, la transformant ainsi en une vaste forteresse que les Russes eurent tôt fait de connaître. Les Russes devinrent des experts dans l’art de tendre des embuscades (ils parvenaient même à dissimuler des chars entiers, ce qui leur permettait de faire feu à courte portée sur les Allemands). La ville était truffée de Snaypersky russes (tireurs d’élite) qui semaient la terreur parmi les soldats allemands (ils craignaient d’être tués même dans leur bivouac). Les soldats allemands qui furent rappelés du front russe réutilisèrent ces techniques de défense de ruines en Italie en 1943-1944.

 

Soldats soviétiques montant à l'assaut

Soldats soviétiques montant à l’assaut

La progression allemande

Du 13 septembre au 18 novembre 1942, la VIe armée allemande, la VIIIe armée italienne du général Gariboldi et les IIIe et IVe armées roumaines des généraux Dumitrescu et Constantinescu attaquèrent la ville à maintes reprises. Le 21 septembre, 4 DI et 100 chars traversèrent la ville et atteignirent la Volga le 26. Le 28, de violents combats eurent lieu autour des usines Barricades et Octobre Rouge. Grâce à une contre-attaque soviétique, l’usine Barricade put continuer à produire ses chars d’assaut. Le 5 octobre, les Soviétiques réussirent à envoyer 200 000 soldats à Stalingrad, dont une division d’élite de la garde. Ce tour de force fut possible grâce à la flottille de la Volga et à l’aviation russe. Il s’en fallut de peu, car la LXIIe armée était sur le point de flancher.

 

Des avions allemands ravitaillent les troupes de Paulus encerclées à Stalingrad

Des avions allemands ravitaillent les troupes de Paulus encerclées à Stalingrad

Le 15 octobre, les Allemands prirent l’usine Barricade et une bande de 2,5 km sur la Volga. Le 11, ils prirent la partie sud de l’usine Octobre Rouge et une autre partie du fleuve. La LXIIe armée soviétique se retrouva alors coupées en trois morceaux, et les communications entre eux s’avérèrent très difficiles. À la mi-novembre, les premières glaces apparurent sur la Volga. À la fin du mois, la plus grande partie de la ville était aux mains des Allemands et les Russes se retrouvèrent coincés entre les canons allemands et les eaux glacées de la Volga. Malgré d’énormes pertes, les Russes réussirent à contenir les Allemands le temps que des renforts arrivent (de nouvelles divisions, des T-34, de la DCA et de l’artillerie). À la mi-novembre toujours, les Allemands atteignirent le fleuve, c’est alors que les Russes mirent au point une contre-offensive.

 

Canon soviétique en action dans Stalingrad

Canon soviétique en action dans Stalingrad

La contre-attaque soviétique

Le 12 novembre, les troupes roumaines chargées de protéger la route qu’empruntait les camions de ravitaillement furent attaquées par deux DB de l’Armée rouge. Les troupes roumaines durent battre en retraite. Les 200 000 hommes de Paulus étaient maintenant coincés dans la ville sans possibilité de ravitaillement. Joukov organisa une contre-offensive en tenaille pour encercler les Allemands et, finalement, reprendre la ville. Cette opération fut baptisée « Uranus ». Elle fut déclenchée le 19 novembre 1942 et devait se dérouler comme suit : les Soviétiques utiliseraient le front sud-ouest (groupe d’armées de Vatoutine), le front du Don (groupe d’armées du général Rokossovski) et le front de Stalingrad (groupe d’armées du général Ieremenko), soit 15 armées dont une blindée et une aérienne.

 

Soldats allemands dans les ruines de Stalingrad

Soldats allemands dans les ruines de Stalingrad

À Kremenskaïa (au nord-ouest de la ville), Rokossovski réussit à percer les lignes allemandes. Le lendemain, Ieremenko franchit la Volga à 10 km au sud de Stalingrad. La IIIe armée roumaine, la VIIIe armée italienne et la IIe armée hongroise furent anéanties par les troupes de Vatoutine à la hauteur de Serafimovitch. La contre-attaque du corps blindé H de la IVe armée blindée allemande fut repoussée à Kalatch. Ensuite, la IVe armée roumaine fut anéantie par Ieremenko, faisant 65 000 prisonniers. Les fronts soviétiques effectuèrent leur jonction à Kalatch le 23 novembre. Ce faisant, les Soviétiques venaient d’encercler la VIe armée de Paulus et un corps d’armée de la IVe armée de Panzers, soit 22 divisions et 160 unités autonomes, pour un total de plus de 300 000 hommes.

À ce stade de la bataille, les Allemands avaient encore une échappatoire, mais lorsque le Reichsmarschall Göring annonça qu’il pouvait fournir 500 tonnes de vivres et de munitions par jour aux assiégés, Hitler ordonna à Paulus de tenir ses positions. Avec 57 000 hommes et 130 chars, Paulus savait bien que cela lui était impossible. Il reçut alors un ordre personnel du Führer lui ordonnant de « vaincre sur place ou mourir ». Le même jour, von Manstein se retrouva à la tête du groupe d’armées du Don.

 

Contre-offensive soviétique à Stalingrad

Contre-offensive soviétique à Stalingrad

Von Manstein fut chargé de porter secours aux troupes encerclées de Paulus. Pendant ce temps, la Luftwaffe ne fournissait que 300 tonnes de matériel par jour aux troupes allemandes. Göring avait encore une fois menti à Hitler. Du 12 au 23 décembre, l’opération « Wintergewitter » (en allemand « Orage d’hiver ») fut lancée, celle-ci avait pour but de briser les lignes soviétiques au sud-ouest de la ville. Mais les Allemands furent arrêtés à 55 km de l’enclave. Du 24 au 30 décembre 1942 eut lieu l’opération russe « Petite Saturne » durant laquelle une contre-attaque eut lieu contre le groupe d’armées Hoth. Durant le mois de janvier, Stalingrad, mère de tous les enjeux, fut presque entièrement reprise par les Soviétiques.

 

Soldats soviétiques

Soldats soviétiques

La fin de la bataille

Une offensive fut lancée en direction de Rostov et von Manstein dut battre en retraite (pour protéger ses flancs) et abandonner sa tentative de dégagement de la VIe armée. Le groupe d’armées A dut se retirer du Caucase après avoir subit de lourde pertes. À ce moment de la bataille, la Luftwaffe ne pouvait plus parachuter que 20 à 50 tonnes de matériel et de vivres par jour. De plus, les soldats allemands n’avaient pas de vêtements adaptés à l’hiver russe. Ils étaient donc en train de geler, sans nourriture, matériels ni munitions. Les chevaux furent mangés et les rations de pains fixées à 100 grammes par jour, puis 60 grammes.

Le 8 janvier 1943, Paulus refusa un ultimatum qui offrait une capitulation honorable. Le 24 janvier, après de lourdes pertes, il changea d’état d’esprit et demanda à Hitler l’autorisation de capituler. Ce dernier la lui refusa. Le 25 janvier, les Allemands ne tenaient plus qu’une zone de 100 kms carrés. Le 26, une attaque de Rokossovski coupa la VIe armée en deux, soit un groupement sud (au centre de la ville) directement sous les ordres de Paulus et un groupement nord (dans le secteur de l’usine Barricade) sous les ordres du général Strecker.

 

Le général Vassily Tchouïkov, commandant de la 62ème armée soviétique

Le général Vassily Tchouïkov, commandant de la 62ème armée soviétique

C’est alors que fut déclenché l’opération « Cercle ». Le 27 janvier, les Soviétiques commencèrent à nettoyer les poches de résistances allemandes qui se trouvaient alors dans l’incapacité de résister à un assaut en règle. Le 31 janvier, le groupement sud capitula. Le 2 février, Paulus (qui avait été capturé le 31 janvier) se rendit au Haut Commandement soviétique et signa la capitulation de ses troupes. C’était la première fois qu’un maréchal allemand capitulait et était fait prisonnier (il avait été promu maréchal par Hitler peu de temps avant). La bataille de Stalingrad venait de prendre fin. Les Russes prirent 60 000 véhicules, 1 500 chars et 6 000 canons. 94 500 allemands furent fait prisonniers (seulement 5 000 reviendront vivants), dont 2 500 officiers, 24 généraux et le maréchal Paulus lui-même. 140 000 Allemands furent tués, blessés ou gelés. Les Soviétiques avaient, quant à eux, perdu 200 000 hommes.

 

Engin blindé SdKfz 250 allemand

Engin blindé SdKfz 250 allemand

Un soldat soviétique soigne un de ses compagnons blessé

Un soldat soviétique soigne un de ses compagnons blessé

 

Des soldats russes défendent une usine

Des soldats russes défendent une usine

 

La ville de Stalingrad en ruines

La ville de Stalingrad en ruines

 

Char T-34 soviétique

Char T-34 soviétique

 

Un char allemand durant la bataille de Stalingrad

Un char allemand durant la bataille de Stalingrad